AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Landreau taille patron

Aller en bas 
AuteurMessage
Landronnette
Admin
Admin


Nombre de messages : 1455
Age : 32
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Landreau taille patron   Dim 29 Avr - 21:06

Dix mois après son arrivée dans la capitale, Mickaël Landreau s'affirme en cette fin de saison de tous les dangers pour le PSG comme l'un des cadres du club parisien. Un avènement qui aura été long à se dessiner pour le portier international aujourd'hui devenu l'un des hommes de base du système de Paul Le Guen. Un Landreau qui assume enfin son statut et sera samedi, à l'occasion d'un match d'ouverture de la 34e journée de L1, à Toulouse, qui pourrait valider un peu plus le maintien parisien, l'un des atouts majeurs du PSG.

L'ancien Nantais affiche un bilan de 49 buts en 48 matches cette saison.


"On va aller à Toulouse avec le même état d'esprit que contre Lens ou Bordeaux, c'est-à-dire avec l'idée de faire un résultat. Il faut gagner pour se faire plaisir. Toulouse n'est pas deuxième par hasard, ils méritent leur place et on a bien l'intention de faire quelque chose." Sylvain Armand, le défenseur du PSG, qui sait depuis son passage à Nantes ce que signifie une opération maintien, ne tergiverse pas à l'heure d'évaluer les ambitions du club de la capitale, quinzième de Ligue 1 à cinq journées de la fin, avec six points d'avance sur Troyes, premier relégable. La victoire et rien d'autre pour sécuriser au plus vite un strapontin dans l'élite. Et le plus tôt sera le mieux.

Un dessein qui a pris forme ces dernières semaines grâce à une série de quatre matches sans défaite, récompensée par un bilan de dix points pris. Une série inédite cette saison pour le PSG qui n'a plus connu la défaite depuis le 18 mars dernier et un déplacement à Rennes (0-1). Une série qui doit beaucoup à un joueur qui donne enfin la pleine mesure de son talent: Mickaël Landreau est celui-là, capable après une première partie de saison pleine de doutes de reprendre le dessus et de mettre son immense talent au service de la seule mission qui compte: la survie du club de la capitale en Ligue 1.
Pourtant, longtemps Landreau a pu croire qu'il avait fait le mauvais choix en choisissant de relever le défi que lui offrait en fin de saison dernière le PSG. La galère d'une première moitié de saison à l'envers, marquée par les contre-performances et les psychodrames en tout genre (élimination en Coupe d'Europe, limogeage de Guy Lacombe, décès d'un supporter...), l'avait même entraîné dans la chute de tout un club. Une spirale qui, le concernant, aura atteint son paroxysme en novembre dernier, au Parc des Princes, en Coupe de l'UEFA, face à l'Hapoël Tel-Aviv.

Landreau: "Je reste persuadé d'avoir évolué..."

Contre les Israéliens (défaite 2-4), Landreau, pourtant réputé pour sa sûreté de main, relâche un ballon dans son propre but. Paris est au fond du trou, l'ancien Canari loin d'être au sommet... Une contre-performance qui, à l'époque, a valeur d'électrochoc. S'il a toujours conservé la confiance de ses entraîneurs tout au long de cette saison - 48 matches disputés sur les 49 joués par les Parisiens -, le deuxième gardien de l'équipe de France sait qu'il doit réagir: pour son club mais aussi et avant tout pour lui-même, au risque de se perdre comme le PSG qui, à cette époque, semble avoir abandonné tout repère. Une prise de conscience évidente qui va porter ses fruits. Depuis la terrible soirée face à Tel-Aviv, Landreau est redevenu Landreau. Et l'intéressé s'affirme même au-delà du terrain, où il affiche aujourd'hui un total de 49 buts concédés en 48 matches (1,04 but par match), retrouvant ses réflexes et sa nature profonde, celle d'un leader naturel.


Landreau devenu l'un des tauliers du vestiaire parisien...


Aux côtés des Pauleta, Yepes et autres Rothen, l'ex-Canari ne fait pas tâche dans le tableau et n'a pas mis longtemps à s'inviter pour de bon à la table des tauliers du vestiaire. Le tout sous les ordres d'un Paul Le Guen qui a trouvé en lui l'un de ses relais privilégiés, même si Landreau se refuse sur le site du club à tirer sur l'ambulance Lacombe. Pas vraiment le genre de la maison: "Je ne suis pas là pour dire que tel entraîneur a apporté ceci ou cela. Nous sommes lancés dans une saison depuis le début du mois de juillet. Certaines choses ont évolué depuis, mais il faut analyser le tout dans sa globalité et non au gré des changements. La saison n'était pas facile et elle restera compliquée jusqu'au bout."

Même si l'éclaircie est incontestable, le gardien parisien, fort de son expérience nantaise, sait trop ce que représente un sauvetage lors de la dernière journée, pour ne pas chercher à enfoncer le clou dès samedi, au Stadium de Toulouse. Pour autant, Landreau juge les situations de Nantes, à son époque, et du PSG aujourd'hui bien différentes: "Les deux situations sont différentes. C'est même incomparable, puisqu'à Nantes la situation s'est dégradée progressivement. Le début de saison que nous venons de vivre au PSG a été en revanche très difficile à vivre. Il n'y avait rien de positif. Depuis quelques mois, cela a évolué avec une réelle osmose entre toutes les parties du club. Le climat est plus sain, même si la pression reste forte car nous avons l'avenir du club entre nos mains."

Une responsabilité que l'intéressé entend bien assumer pour voir l'avenir sous un jour plus favorable. Et notamment dans l'optique d'un plan de carrière qui, à terme, semble disposer Landreau à une expérience pour l'étranger: "Il ne faut pas qu'un contrat au PSG soit une consécration en soi. Un joueur doit venir à Paris avec l'envie de progresser, de grandir." Pas question toutefois de brûler les étapes, le projet est raisonné, à l'image de ses ambitions internationales: "Ma progression passe par des étapes. Je ne revendique rien, c'est déjà important pour moi de faire partie régulièrement de ce groupe. Auparavant j'étais troisième gardien, je venais en cas de pépin, alors que désormais je suis assis sur le banc. C'est une première évolution. Aujourd'hui, tout doucement, j'essaie de me rapprocher de Greg (Coupet), car encore une fois, je procède par étapes."

Sage comme Landreau qui reste persuadé de ne pas s'être trompé en venant à Paris: "...en rejoignant le PSG, je reste persuadé d'avoir évolué. Cela a impliqué une remise en questions de ma part de passer d'un club à l'autre. Mais il était important pour moi de connaître autre chose et de franchir un palier. Je n'ai jamais regretté et je reste persuadé que ce que nous venons de traverser m'a fait progresser."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Landreau taille patron
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 13E JOURNEE FASOFOOT: CLASCICO ACTE 2: L'ASFA-Y TAILLE PATRON FACE A L'EFO
» 12E JOURNEE FASO-FOOT:L'ASFA-Y TAILLE PATRON
» 20E JOURNEE DU FASO-FOOT:L'USO TAILLE PATRON FACE A L'USFA ET L'ASFA-Y REDRESSE LA TETE
» Taille idéale des pneus
» Taille réel au ballon et crampons.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Landreau online :: MICKAEL :: actualités-
Sauter vers: