AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Landreau : «Du plaisir à être là»

Aller en bas 
AuteurMessage
Landronnette
Admin
Admin


Nombre de messages : 1455
Age : 32
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Landreau : «Du plaisir à être là»   Mer 7 Juin - 12:35




Mickaël Landreau, 3e gardien des Bleus, explique comment se passe la cohabitation entre les portiers tricolores. Et se satisfait d’être dans le groupe, même sans jouer.


Comment se passe la vie d’un troisième gardien ?
Bien mais ce sera différent dans quinze jours, trois semaines, quand on sera dans la compétition. Dans cette préparation, le mot d’ordre était d’essayer que les 23 soient le plus prêt possible jusqu’au 13 juin. Ces dix derniers jours, on a beaucoup travaillé physiquement. A partir de ce match face à la Chine, mercredi, les donnes vont évoluer entre ceux qui vont jouer et ceux qui vont moins jouer.


Ressent-on déjà cette différence dans le groupe ?
On est dans la continuité. Mercredi, on a un dernier test avant l’ouverture de la Coupe du Monde, on se rapproche un peu plus de la vérité. Au quotidien, à l’entraînement, la pression monte. C’est pourquoi toute cette période de préparation était capitale pour être prêt dans n’importe quelle situation. Si jamais cela va moins bien, tout ce que l’on a emmagasiné depuis le premier jour va nous servir à bien vivre ensemble.


A priori, un troisième gardien a peu de chances de jouer. Où prenez-vous votre plaisir dans ces conditions ?
Il y en a tellement qui aimeraient être à ma place que mon plaisir est déjà là. Pouvoir participer de l’intérieur à une Coupe du Monde, c’est essentiel. Et c’est aussi une continuité dans ma carrière. La fin ce n’est pas que le 9 juillet, cela me permet de préparer la saison prochaine, les sélections futures. Je veux bien réussir ce qu’on me demande en tant que troisième gardien et c’est une tâche qui n’est pas si facile que cela. Je prends donc du plaisir à bien vivre dans cette situation.


Comment avez-vous vécu l’épisode du faux départ de Coupet à Tignes ?
La chose importante c’est que cela s’est passé un peu en aparté. On ne l’a pas ressenti comme quelque chose de nocif. Le groupe a continué à bien vivre et cet épisode ne nous a pas pourri la vie. Comme l’a déjà dit Lilian, cela devait arriver par rapport à l’objectif de Greg qui était d’être le numéro 1. Mais le groupe a continué à vivre normalement car il est sain.


Avez-vous assisté à l’engueulade entre le sélectionneur et Grégory Coupet ?
Non, mais vous savez, tout le monde ne s’était pas aperçu qu’il y avait eu un problème. P’tit Louis (Ndlr : Louis Saha) n’était pas au courant par exemple.


Le lendemain, vous avez beaucoup discuté avec Grégory Coupet pourtant…
Ce qui était marrant en fait, c’est que d’un seul coup, on a été plus regardés comme si on était dans une émission de télé-réalité. Mais je n’ai pas l’impression d’avoir plus discuté avec Greg, au contraire. Mes rapports avec lui n’ont pas changé avec cet épisode. C’est ce qui est important.


Avez-vous discuté avec lui de son malaise ? L’aviez-vous senti venir ?
On échange tout le temps là-dessus. Mais cela n’est pas arrivé à ce moment-là, c’est le résultat de la concurrence des derniers mois. Il avait comme objectif d’être titulaire donc il était évidemment déçu de ne pas l’être. C’est logique.


Depuis, on sent qu’il a un peu lâché psychologiquement. On l’a vu à l’échauffement lors des deux matches amicaux…
Là encore c’est pareil, aujourd’hui, on est en train de tout observer autour de Greg. Mais il n’y a pas un deuxième gardien qui fait un échauffement, dans n’importe quel club. Ou alors je ne connais pas. Il faut dédramatiser et ne pas conclure que Greg a lâché parce qu’il s’est assis sur un ballon à l’échauffement lors du premier match. Sur mes dix années de professionnalisme, je n’ai jamais vu un deuxième gardien sortir une heure avant le match pour s’échauffer. Au poste de gardien de but, c’est la préparation mentale qui prévaut. Même les joueurs remplaçants ne s’échauffent pas comme ceux qui vont jouer. Je trouve dommage qu’à une semaine du début de la Coupe du Monde, on soit encore dans ces débats-là. Aujourd’hui, l’important c’est de préparer la compétition.


N’est-ce pas plus facile d’être numéro 3 que numéro 2 ?
Tout dépend des objectifs qu’on s’est fixé. Dans d’autres pays, par rapport à ce que certains gardiens se sont fixés, cela doit être mieux d’être numéro 2 que numéro 3.


Qu’est-ce qui différencie Fabien Barthez des autres gardiens ?
Fabien est très différent de Greg et on est tous les trois complètement différents. Fabien semble détaché de tout pour être là le jour où on a besoin de lui.


Comment faites-vous pour travailler au milieu des deux ?
Je ne suis pas entre les deux. Je suis le troisième gardien, je suis là pour être le meilleur possible à chaque entraînement et donner le meilleur de moi-même. Et avant les matches, je dois mettre en condition celui qui va jouer. C’est comme cela que je vois les choses.


Fabien Barthez a dû faire un arrêt en deux matches. N’est-ce pas embêtant pour un gardien ?
Cela montre toute la difficulté du poste. Plus on se rapproche du haut niveau et plus on est dans une grande équipe, moins on est sollicité. Et c’est là qu’il faut répondre présent. Ce qui fait le charme du poste, et toute sa difficulté, c’est que même si on a envie de montrer ses qualités, si on n’est pas sollicité, on ne peut rien montrer.. Le poste de gardien, c’est un mélange de concentration et de patience pour être là au bon moment.

Selon vous, l’équipe de France a-t-elle réussi l’un de ses meilleurs matches depuis l’Euro face au Danemark ?
Aujourd’hui, on est dans une phase de préparation. L’essentiel est de progresser. Après le Mexique, on disait qu’on était mal partis et après le Danemark, c’est l’euphorie. On ne peut pas comparer le Mexique et le Danemark. On ne s’est pas dit après le match contre le Danemark «ça y est, on est prêts.» Cela ne sert à rien de gagner tous les matches amicaux.


Il ne faut donc pas tenir compte des rencontres amicales ?
Elles sont importantes en fonction des objectifs que l’on se fixe. Contre le Mexique, on revenait de Tignes et l’objectif était de retrouver un bloc-équipe solide. Et on a globalement réussi puisque face à des Mexicains qui aiment faire circuler le ballon, on a rarement été en danger. Ensuite, on savait qu’offensivement, on serait meilleurs contre le Danemark car mieux préparés physiquement. On va voir quel sera l’objectif de ce dernier match face à la Chine.


Source : Sport24
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
¤AméLie¤
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1207
Age : 30
Localisation : *¤Saint-Amand-les-Eaux¤*
Message Perso : Fan de Grégory PLVE (( Solenn je t'aime ma jumelle ))-*JULIEN JE T'AIME
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Landreau : «Du plaisir à être là»   Mer 7 Juin - 13:13

merci pour cette interview ma chère Solenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Landreau : «Du plaisir à être là»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le plaisir de l'arc nu (Bare Bow)
» Pour le plaisir de nos pieds (et de nos nez ?)
» Des Heures & des Heures de plaisir !
» Pour le plaisir des yeux (Les new du domaine des Forges)
» Un plaisir enfin partagé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Landreau online :: MICKAEL :: Equipe de France-
Sauter vers: